" L’histoire du Gabon,c’est aussi mon histoire .
Leur souffrance, c’est ma souffrance."
Ben Moubamba

Ben Moubamba Le Gabon d'Après !

Menu

Mes différents engagements

ACR: Alliance pour le Changement et le Renouveau
ACR: Alliance pour le Changement et le Renouveau


fondation Théopolis
Fondation Theopolis Gabon


Vous êtes à la section Articles En 2016, je ne suis pas rentré dans le ventre de la Bête pour me faire digérer !

En 2016, je ne suis pas rentré dans le ventre de la Bête pour me faire digérer !


Rencontre inaugurale avec Ali Bongo en 2016

Dahomey = dans le ventre du python !
En 2016, je ne suis pas rentré dans le ventre de la Bête pour me faire digérer !

Le Peuple Gabonais actuel ne mérite pas tous mes sacrifices... Je me suis sacrifié pour les ancêtres et pour les générations futures !

Mon père, le fils d’un grand chef Badumbi de Moabi (le Chef Maganga), apparenté aux adouma de Lambaréné et aux pouvi de Koulamoutou, pratiquait les armes à feu et était un tireur d’élite.

I. Lorsque je rentre au gouvernement d’Issoze Ngondet Emmanuel en octobre 2016, à l’occasion du deuxième septennat d’Ali Bongo, je n’ai qu’une idée en tête : « tirer ontologiquement dans le cœur de la Bête, de l’intérieur du python » comme un « dahoméen punu ».
Dahomey (actuelle Bénin) signifie « dans le ventre du python ».
J’ai donc décidé de « sortir en vampire », de me transformer en « dahoméen punu » pour aller « tirer ontologiquement et à bout portant sur le cœur de la Panthère à deux têtes du Gabon ... à l’intérieur du python qui pensait me digérer.
Et j’ai considèré (à tort sans doute) à ce moment là, que « les Gabonais ne sont pas des gens » et plein de colère comme Moïse contre le « Peuple du veau d’or », j’ai cassé les « tables de la loi d’une certaine forme de morale politique » par terre pour m’affranchir du « qu’en dira t-on » et j’ai décidé de commencer un bras de fer personnel contre le système et sans l’aide de qui que ce soit.

Voici les circonstances qui m’ont poussé à ne plus faire confiance au peuple et à ne compter que sur moi et sur la Providence.

Il. Ma Lettre Ouverte de décembre 2008, ma grève de la faim d’août 2009, mon engagement dans l’Union Nationale en 2010, mon arrivée à l’UPG en 2011/2012 n’avaient pas été considérés par le Peuple. Les unionistes m’avaient d’ailleurs rejeté en tant que « non ikongou » du parti de Mba Obame. J’avais préféré me rendre à Addis-Abeba en février 2011 plutôt que de m’enfermer au PNUD avec le reste du gouvernement AMO dont j’étais le numéro 2. J’y serais mort ...

De plus, les loyalistes de l’UPG de Moukagni Iwangou et les légalistes de l’UPG de Mboumba Nziengui me menaient une guerre à mort dans l’indifférence de la population.
Yves-Fernand Manfoumbi le parrain des légalistes de l’UPG me fit attaquer par des bandits armés de couteaux dans l’Eglise catholique de Ndendé en 2012, il fit saboter ma voiture à Ndendé toujours en 2013 et tout cela dans l’indifférence de la population qui riait de mes aventures.

En 2014, Jean Ping aidé de Moukagni Iwangou, d’une part ; et d’autre part, Ali Bongo via Billie By Nzé et Mboumba Nziengui se disputaient les restes de l’UPG à mes dépens et toujours dans l’indifférence du Peuple qui se disait au sujet de Moubamba : « lui là, c’est qui c’est ? Ah oui, le gréviste de la faim » ?

Je n’avais aucune chance de m’en sortir et j’avais déjà sacrifié beaucoup de choses et une partie de ma carrière pour le Gabon ... dans l’indifférence de la population.
En 2015, je fus expulsé «comme un chien» du siège de l’UPG à Awendjé - Libreville ... dans l’indifférence de tous alors que j’avais tout sacrifié pour ce combat.
Quand je résistais à l’UPG, je dormais sur un petit matelas dans mon bureau : bombardé jour et nuit par les mauvais sorts, attaqué par les moustiques pendant que les rats me couraient dessus la nuit tombée.
On m’empoisonnait dans la nourriture mais j’ai survécu !
A l’UPG, ils voulurent même me rendre fou en utilisant les entités d’Oloumi et de Michel Marine (les initiés savent de quoi il s’agit) mais la divine Providence a chassé loin de moi ces choses inimaginables et j’ai commencé à comprendre comment fonctionne le système de la Bête au Gabon.

III. En 2016, quand est venu le temps de l’élection présidentielle, un ancien ami a rencontré Jean Ping pour moi aux USA. Jean Ping devait lui dire qu’il ne voulait pas travailler avec Moubamba parce que MOUBAMBA est fou.

Après la réunion de la diaspora gabonaise à Nantes, j’ai néanmoins déjeuné avec Jean Ping à Paris, au printemps 2016 et je lui posé une seule question préjudicielle : je veux bien vous soutenir mais que ferez- vous quand la Bête sortira les griffes et les dents ?
Ping m’a répondu : « j’aurais essayé » !
C’est à cause de cette réponse que j’ai décidé de ne pas le soutenir en 2016.
J’ai dit que mon père était un tireur d’élite. Il ne visait jamais une bête pour essayer. Il visait pour tuer.
Voilà pourquoi j’ai prévenu tous les diplomates occidentaux présents à Libreville que si les opposants issus du pouvoir ne changent pas l’ordre établi au Gabon je rentrerai dans le ventre du python sans consider les réactions.
Non pas pour collaborer ou pour me faire digérer mais pour lui dynamiter le cœur et sortir par n’importe quel orifice.

Et c’est exactement ce qui s’est passé : je suis entré dans le ventre du python, la Bête a voulu me digérer mais contrairement aux opposants du pouvoir actuel, je me suis rebellé et j’ai tiré à boulets rouges dans le ventre du Python. Je ne l’ai pas fait pour les Gabonais du moment. Ils ne m’inspirent pas confiance car leur moralité est douteuse.

Je pense que pour libérer notre pays il faut respecter 3 conditions:
1. Une mystique positive qui est une rupture avec la démonologie, la fornication spirituelle et la sexualité débridée qui en découle pour avoir des âmes saines dans des corps sains ;
2. Une métaphysique solides par des intellectuels formes non pas dans le pédantisme de l’intellectualisme à l’occidental mal placé mais dans la capacité de décider et de ré-coder le monde ;
3. Une politique service de tous et non service d’un clan.

Tel est, en résumé, mon expérience ... un chemin de croix vers le Gabon d’Après ...pour les principes, pour les valeurs et pour les normes.

Imhotep B. Ben Moubamba

Créé le: 06 mai 2020

Share on Twitter

Les 5 derniers articles

Héé Dieu les Gabonais ... c’est quoi ces enfants de la malédiction ...?

Héé Dieu les Gabonais ... c’est quoi ces enfants de la malédiction ... ces fils et ces filles de...

lire la suite >>
Auteur: Ben Moubamba Imhotep B.
Créé le: 25 mai 2020


En 2016, je ne suis pas rentré dans le ventre de la Bête pour me faire digérer !

Dahomey = dans le ventre du python ! En 2016, je ne suis pas rentré dans le...

lire la suite >>
Auteur: Ben Moubamba Imhotep B.
Créé le: 06 mai 2020


La Cellule du Grand Nord démasquée !

La Cellule du Grand Nord (CGN) enfin démasquée par la PJ ! Ils ont brûlé la tribune présidentielle du...

lire la suite >>
Auteur: Ben Moubamba Imhotep B.
Créé le: 01 mai 2020


L’entité maléfique Ku Klux Klan (KKK) à la gabonaise n’est pas un peuple mais une idéologie violente

L’entité maléfique Ku Klux Klan (KKK) à la gabonaise n’est pas un peuple mais une idéologie violente ! r...

lire la suite >>
Auteur: Ben Moubamba Imhotep B.
Créé le: 30 avril 2020


De la femme panthère à la femme mountou, c’est-à-dire à la femme humanitaire !

De la femme panthère à la femme mountou, c’est-à-dire à la femme humanitaire ! La fin de la...

lire la suite >>
Auteur: Ben Moubamba Imhotep B.
Créé le: 29 avril 2020